Bonjour toi,

    Dans cet article, je te propose qu’on se penche sur une maladie souvent méconnue : le vitiligo. Nous tenterons de répondre aux questions suivantes : qu’est-ce que le vitiligo ? Quelles sont les origines de cette maladie ? Quel lien y a-t-il entre le vitiligo et les intolérances alimentaires ?

 

 

Vitiligo et intolérances alimentaires

 

Qu’est-ce que le Vitiligo ?

 

Définition : « Le vitiligo, aussi appelé leucodermie ou achromie – du latin vitium (« défaut, vice ») – est une maladie chronique de l’épiderme. Elle se caractérise par des taches blanches (dépigmentation) qui apparaissent et s’étendent sur la peau. Cette maladie survient lorsque les cellules portant les pigments meurent ou sont incapables de fonctionner normalement. Le vitiligo apparaît parfois au contact de produits chimiques (rares cas). »  Source Wikipedia

   Ajoutons également que le vitiligo touche entre 1% et 2% de la population. Il apparaît généralement avant l’âge de 20 ans. Il touche aussi bien les hommes que les femmes, et ce, dans toutes les régions du monde, quel que soit le type de peau, sans prédominance concernant l’origine ethnique. Le vitiligo n’est n’y contagieux, ni douloureux mais peut être à l’origine d’une importante détresse d’ordre psychologique.

Il existe 5 types de vitiligo :  

  • Le vitiligo focal : (quand les tâches sont situées sur une seule zone de la peau), segmentaire (zone correspondant aux trajets d’une racine nerveuse). 
  • Le vitiligo segmentaire : localisé sur un seul côté du corps, par exemple sur une partie du visage, du haut du corps, d’une jambe ou d’un bras. Cette forme de vitiligo apparaît plus souvent chez les enfants ou les adolescents. La zone dépigmentée correspond à un « territoire d’innervation », c’est-à-dire une zone de la peau innervée par un nerf en particulier. Cette forme apparaît rapidement en quelques mois, puis cesse généralement d’évoluer.
  • Le vitiligo acro-faciale : lorsque les tâches dépigmentées apparaissent principalement sur la tête, le visage, les mains et les pieds. Les personnes souffrant de vitiligo acro-faciale ont généralement beaucoup de détresse émotionnelle, car la maladie affecte les parties exposées du corps, qui devient socialement gênant.
  • Le vitiligo généralisé : qui se présente sous forme de taches souvent plus ou moins symétriques, touchant les deux côtés du corps, en particulier des zones de friction ou de pression répétées. Le terme « généralisé » ne signifie pas forcément que les taches sont étendues. L’évolution est imprévisible, les taches pouvant rester petites et localisées ou s’étendre rapidement.
  • Le vitiligo universalis : plus rare, qui s’étend rapidement et peut toucher presque la totalité du corps.

 

 

Quelles sont les causes du vitiligo ?

 

Les causes de la maladie ne sont pas encore bien expliquées. Toutefois, on retient généralement des causes d’ordre génétique, des causes d’ordre immunitaire et enfin des facteurs environnementaux.

  • Causes génétiques : les facteurs génétiques n’ont pas tous été clairement identifiés. Cela dit,  il est fréquent que plusieurs personnes soient atteintes de vitiligo dans une même famille. On compte au moins 11 gènes impliqués dont le NALP1 (« NACHT leucine-richrepeat protein 1 ») et le TYR (codant pour la tyrosinase), comme l’a montré une étude en 2010.
  • Causes auto-immunes : le vitiligo est une maladie à forte composante auto-immune. Les personnes atteintes de vitiligo produisent des anticorps anormaux qui s’attaquent directement aux mélanocytes et contribuent à les détruire. « En effet, des arguments immunologiques existent, comme l’ont suggéré plusieurs études récentes sur les lymphocytes T CD8+ cytotoxiques et leur rôle probable dans la destruction des mélanocytes au cours du vitiligo. Ces CD8+ (et CD4+) se retrouvent en effet en concentration très importante autour des lésions et sont souvent situés au contact des mélanocytes. Chez ces mêmes patients, on a montré la présence de lymphocytes T cytotoxiques circulants dirigés spécifiquement contre des protéines mélanocytaires : MelanA/MART-1, gp100 et tyrosinase. Par ailleurs, il existe chez les patients atteints de vitiligo une fréquence accrue d’auto-anticorps spécifiques d’organe (anticorps antithyroïdiens, anti-cellules pariétales gastriques, antinucléaires, …). On retrouve aussi, plus rarement, des auto-anticorps dirigés contre des antigènes spécifiques des mélanocytes comme les enzymes de la mélanogenèse (tyrosinase, Tyrp1 et Tyrp2), le composant des mélanosomes Pmel17/gp100, ou les facteurs de transcription SOX9 et SOX10, et le récepteur hormonal MCHR1.

    De plus, on sait depuis un certain temps déjà, que les taux de plusieurs facteurs de croissance (G-CSF, FGF et SCF, trois cytokines sécrétées par les kératinocytes pour stimuler la prolifération mélanocytaire et la mélanogenèse) sont diminués en peau lésionnelle, alors que les taux d’IL-6 et de TNF-alpha sont élevés.

    Enfin, le rapport entre certaines sous-populations de lymphocytes T (CD4+/CD25+) et Th3 avec plusieurs affections auto-immunes est bien connu. Et ces sous-populations se retrouvent en quantité importante dans certains vitiligos… » D’après Lambert J. : « Vitiligo and its auto-immune background ». 16e congrès de l’European Academy of Dermatology and Venerelogy (Vienne, Autriche) : du 16 au 20 mai 2007.

    Les causes auto-immune semble être les causes les plus tangibles du vitiligo. En effet, un pourcentage significatif de patients atteints de vitiligo souffre en plus d’une autre maladie auto-immune. C’est souvent une thyroïdite de Hashimoto, une maladie de Basedow, une maladie d’Addison, un diabète de type 1 ou encore des troubles de la thyroïde, ce qui laisse supposer l’existence de mécanismes communs.

  • Facteurs environnementaux : bien qu’ils ne constituent pas la cause du vitiligo à proprement parler, plusieurs facteurs déclenchants peuvent contribuer à l’apparition des taches. En situation clinique, les patients rapportent que le vitiligo apparaît après un traumatisme, après avoir été malade, ou encore à la suite d’un stress. Un coup de soleil, ou des frictions répétées peuvent aussi être des déclencheurs. Notons que ces facteurs sont des facteurs déclenchants et non des causes primaires. Ils sont aussi des facteurs aggravants.

 

Vitiligo et intolérances alimentaires

 

Pour faire le lien entre le vitiligo et les intolérances alimentaires, penchons-nous un peu sur ce qu’est une intolérance alimentaire. Tout d’abord, précisons qu’une intolérance alimentaire se développe dans les intestins. la paroi intestinale est recouverte de villosités (replis). Ces villosités permettent de maximiser l’absorption par l’intestin en augmentant sa surface. Le rôle de cette muqueuse est très important : servir de filtre tout en étant une des barrières protectrices de l’organisme (comme la peau). En effet, elle doit pouvoir laisser passer les nutriments essentiels (acides aminés, vitamines, minéraux, glucides, lipides, etc…) tout en empêchant le passage dans la circulation sanguine d’éléments pathogènes et autres substances toxiques. 

   La muqueuse (paroi intestinale) est donc composée, nous l’avons vu de villosités constituées de cellules qui vont, non seulement fabriquer certaines enzymes pour compléter la digestion, mais aussi fabriquer du mucus pour protéger les intestins. Ces cellules sont collées entre elles par une structure appelée « jonction serrée » afin de former une barrière sélective et bien étanche.  

    L’intolérance alimentaire est en fait une réaction inflammatoire due à un manque total ou partiel d’enzymes spécifiques à l’aliment non toléré. Lorsque les molécules des aliments non tolérés pénètrent dans l’intestin grêle pour le traverser, elles sont détruites par les globules blancs. Le problème, c’est que l’arsenal mis en place par le corps est tellement important que ces globules blancs vont attaquer également les cellules qui composent les villosités de la paroi intestinale. C’est pour cela qu’on parle de maladie auto-immune.

    Cette destruction progressive des villosités s’appellent l’hyper-perméabilité intestinale : la paroi intestinale devient lisse et de plus en plus perméable car il y a une altération des jonctions serrées qui peu à peu se distendent et l’étanchéité de la muqueuse n’est plus assurée. La paroi intestinale finit par laisser passer dans la circulation sanguine et lymphatique des macromolécules, qui vont se déposer un peu partout dans l’organisme (voilà pourquoi on peut développer de multiples symptôme dans n’importe quelle partie du corps). Ces molécules seront détectées comme dangereuses par l’organisme, ce qui provoquera un processus inflammatoire chronique et une réponse immunitaire, point de départ commun à de multiples pathologies, tout en renforçant les réactions immunitaires dans l’intestin et le risque de développer de nouvelles intolérances alimentaires. Ce processus est donc le point de départ des maladies auto-immunes, et donc, le vitiligo étant une maladie auto-immune, tout comme les pathologies associées, on peut en déduire que l’origine du vitiligo se trouve dans une ou plusieurs intolérances alimentaires. 

    Voici un lien vers l’article qui, sous forme de tableau, liste les différents symptômes et pathologies associés aux intolérances alimentaires : http://lecercledesinto-chiants.com/informations/symptomes

   Si tu te reconnais dans ce tableau et/ou si tu es atteint(e) de vitiligo, je te conseille vivement de faire un test d’intolérances alimentaires. Voici un article qui t’expliquera en détail ce qu’est un test d’intolérances alimentaire et comment procéder : http://lecercledesinto-chiants.com/informations/detecter-ses-intolerances-alimentaires

 

   J’espère que cet article t’as plu, il t’apportera peut être des réponses et pourra peut être même t’aider. Si tu as des commentaires, des questions ou des suggestions, n’hésite pas à laisser un commentaire sous l’article ou à me contacter directement via le formulaire de contact du blog.

Share
Translate »