Bonjour toi !

Dans cet article, je te propose qu’on se penche sur l’argent colloïdal. C’est une substance souvent méconnue dans nos société actuelles et pourtant, l’argent colloïdal est connu et utilisé depuis très longtemps.

L’argent colloïdal : un allié précieux

 

L’argent colloïdal, qu’est-ce que c’est ?

 

   L’argent colloïdal est une solution aqueuse qui se compose à la fois d’eau purifiée et d’argent sous deux formes : ionique et colloïdale. L’argent est dit ionique lorsqu’il est dissout dans l’eau et colloïdal lorsque ses particules sont en suspension dans l’eau. C’est pourquoi, on parle d’argent ionico-colloïdal.

 

Un peu d’histoire…

(Source : argentcolloidal.fr)

    Depuis la nuit des temps, l’argent est prisé par de nombreuses civilisations pour ses bienfaits sur la santé et ses propriétés antimicrobiennes notamment.

     L’utilisation de l’argent remonterait déjà à plus de 4 000 ans av. J.-C., lorsque les riches avaient pour coutume de manger en utilisant des assiettes et des ustensiles en argent et de boire dans des gobelets d’argent. De cette manière, ils garantissaient une présence constante d’argent dans leur sang. C’est d’ailleurs de là que vient la coutume d’offrir « de l’argenterie » aux mariages.

    Ces derniers avaient également pour habitude de stocker leur nourriture et leur boisson dans des récipients en argent afin de conserver leur fraîcheur plus longtemps et pour éviter toute éventuelle contamination de bactéries.

    D’ailleurs, durant cette époque, à Rome, en Grèce ou encore dans l’empire perse, l’argent était utilisé pour fabriquer des récipients ayant pour objectif de conserver l’eau tout en la maintenant fraîche et potable. Grâce à l’argent présent dans ces contenants, les liquides du contenu étaient aseptisés, éradiquant ainsi les bactéries et les micro-organismes pathogènes. En somme, les colloïdes et les nanoparticules d’argent, du fait de leurs propriétés germicides et bactéricides naturelles, stérilisaient la nourriture et les liquides utilisés dans cette argenterie.
Encore une fois, cela était surtout réservé à quelques personnes riches faisant partie de la souveraineté et de l’aristocratie ayant les moyens de s’offrir cette argenterie de luxe.

    De même, en Chine, les empereurs ainsi que leurs notables mangeaient en se servant de baguettes d’argent. De ce fait, ils parvenaient à rester en bonne santé alors que les plus démunis qui ne possédaient pas d’argenterie tombaient fréquemment malade.

    Dans l’Antiquité, au 4ème siècle av. J.-C., l’argent était déjà reconnu pour son effet anti-infectieux. En effet, l’armée macédonienne, dirigée par Alexandre Le Grand, utilisait des plaques en argent afin de stimuler la cicatrisation de leurs blessures durant les batailles et afin d’éviter que ces dernières ne s’infectent.

    De plus, en Grèce, Hippocrate, le père de la médecine, lui attribua l’appellation « la fleur d’argent » pour indiquer que cette poudre d’argent était destinée à faciliter la cicatrisation des plaies.

    En 69 av. J.-C., le nitrate d’argent figurait dans les meilleures places dans la médecine romaine.

    Un peu plus loin dans l’histoire, en 78, Pline l’ancien décrit l’argent, dans son Histoire naturelle, comme étant très efficace contre les infections des plaies lorsqu’il est incorporé au plâtre.

    Durant le Moyen Âge, en Europe, quand la peste bubonique faisait des ravages, on plaçait une cuillère en argent dans la bouche des nourrissons afin de les protéger et de les garder en bonne santé. D’où l’expression « né avec une cuillère en argent dans sa bouche » pour mentionner un bébé en excellente santé.

    À la même époque, le célèbre père fondateur de la chimie moderne, Jabir Ibn Hayyan, connu sous le nom de Gerber (721-815), rapporte que le nitrate d’argent contient de puissantes propriétés thérapeutiques.

    Plus tard, un médecin et philosophe persan, le fameux Ibn Sïnä, aussi connu sous le nom d’Avicenne (980-1037), utilisait l’argent sous forme de poudre et de pilules argentées pour purifier le sang. Ce fut donc le début du développement de l’argent sous forme d’usage interne, c’est aussi pourquoi on attribua à ces formes d’argent l’appellation d’« ancêtre de l’argent colloïdal ».

    Un peu plus tard, à la Renaissance, Philippe Von Hohenheim, dit Paracelse (1493-1541), l’un des plus célèbres alchimistes et médecins de son époque et reconnu comme étant le père de l’homéopathie et le précurseur de la toxicologie, recommandait l’usage médical de l’argent. Il rapportait que celui-ci pouvait combattre les microbes et guérir les problèmes d’ulcères des jambes entre autres.

    De plus, à cette époque-ci, les médecins chinois employaient l’argent pour traiter les infections, blessures septiques, suppurations chroniques, fièvres et sinusites en l’incorporant dans la fabrication de toniques à base de plantes. De plus, il était utilisé pour fabriquer les aiguilles destinées à l’acupuncture afin d’éviter d’éventuels risques d’infections.

    En 1884, Franz Crede, un célèbre obstétricien allemand, constate que de nombreux enfants naissaient aveugles après avoir été exposés à des germes vénériens lors de l’expulsion de l’utérus. Ce dernier, a permis pour la première fois de confirmer scientifiquement les propriétés anti-infectieuses de l’argent en instillant dans les yeux des nouveaux nés une solution à 1 % de nitrate d’argent.
Cette pratique, encore d’actualité dans certains pays, devint courante et même obligatoire dans la plupart des pays européens et aux États-Unis. Par conséquent, le taux d’ophtalmie des nouveaux nés dans ces pays passa de 10 % à 0.2 %.

    En 1893, un botaniste suisse du nom de Karl Von Nägeli démontra que des bactéries mises en contact avec de l’argent colloïdal, ou plutôt une solution de nitrate d’argent (titrée à 10 ppm), mourraient en trois ou quatre minutes seulement.

    Plus tard, en 1897, le Dr Benno Crede, a introduit l’argent colloïdal dans l’usage en médecine, c’est-à-dire de l’argent sous forme de particules microscopiques dispersées dans l’eau. Celui-ci prônait que l’argent colloïdal posséderait les propriétés germicides des sels d’argent sans pour autant en contenir la toxicité.

    L’usage de l’argent colloïdal se propagea au sein des hôpitaux, notamment pour soigner les problèmes d’infections cutanées.

    Au début du XIXᵉ siècle, en Amérique, on donnait des sucettes en argent aux bébés. Les colons américains, quant à eux, intégraient des pièces de monnaie d’argent dans leurs bidons de lait afin de retarder sa détérioration et pour le préserver de l’infection des microbes et bactéries.

    En médecine ayurvédique indienne, on retrouve l’utilisation de l’argent pour régénérer le corps et favoriser la bonne santé du foie ainsi qu’en cas de maladies infectieuses infantiles telles que la varicelle, la rougeole, ou pour lutter contre la fièvre et arrêter les hémorragies.

    De plus, les colons britanniques utilisaient traditionnellement des théières en argent pour servir leur thé afin de purifier l’eau des microbes. Par conséquent, ils sont parvenus à survivre aux terribles miasmes qui s’étaient propagés dans leurs colonies, aussi bien en Inde, qu’à Hong Kong et Singapour.

    Pendant la première Guerre Mondiale, à l’instar des guerriers macédoniens, il était courant d’utiliser des feuilles d’argent pour combattre les infections des blessures de guerre.

    En 1918, durant le fléau de la « grippe espagnole », l’épidémie de H1N1 qui constituait une variante de la peste du Moyen Âge, le Dr Edouard Prouvost traita de nombreux patients atteints par cette pandémie en usant de l’argent colloïdal.

    Au début du XXᵉ siècle, les propriétés thérapeutiques de l’argent colloïdal ont fait leur preuve dans la médecine occidentale. De ce fait, il devint l’un des médicaments les plus administrés, que ce soit par voie interne à travers des cachets, sous forme de gargarismes, de gouttes pour le nez, les yeux et les oreilles, ou des applications externes locales, des injections intraveineuses ou intramusculaires comme dans des cas spécifiques lors de la pandémie de H1N1.

    En 1938, quelques années avant la découverte des antibiotiques, on comptait plus de 90 médicaments à base d’argent colloïdal dans la pharmacopée avec entre autres comme fabricants les grandes entreprises pharmaceutiques Merck, Schiff et Park Davis & Co.

    Toutefois, le coût d’argent colloïdal de qualité supérieure étant trop élevé et n’étant pas brevetable, ce produit connu une baisse d’utilisation et dû laisser place aux antibiotiques brevetable et de bon marché tels que les sulfamides et la pénicilline qui furent découverts dans les années 40.

    Les antibiotiques brevetés connurent quelques années de prospérité. Mais, dès les années 70, après avoir été plongé dans l’oubli pendant plusieurs années, l’argent colloïdal commença à regagner de l’intérêt tout doucement lorsqu’il apparu clairement que la surconsommation des antibiotiques causait des problèmes de santé à cause des germes qui devenaient résistants aux antibiotiques.

    Durant la deuxième partie du XXᵉ siècle, en Europe, les apothicaires développèrent un usage spécifique de l’argent qui consistait à déposer une feuille d’argent au fond de leurs potions et de leurs baumes afin que leurs préparations se conservent plus longtemps et soient aseptisées convenablement.

    La NASA elle même a opté pour un système de traitement de l’eau à base de colloïdes d’argent pour équiper leurs vaisseaux spatiaux, comme ce fut le cas de Neil Armstrong lorsqu’il fit le premier pas sur la lune, le 20 juillet 1969.

    À l’instar de la NASA, les russes utilisent l’argent colloïdal pour stériliser l’eau de leurs cosmonautes à bord de leurs navettes spatiales.

    Même aujourd’hui, de nombreuses compagnies aériennes utilisent des filtres à eau à base d’argent afin d’éviter la contamination des bougies filtrantes.

    Plusieurs villes aux États-Unis emploient l’argent colloïdal pour le traitement des eaux usées.

    En 1976, une terrible épidémie affecta les membres d’un congrès de l’American Légion dans un hôtel à Philadelphie. C’est pourquoi, cette maladie fut appelée « la légionellose ».

    Après des études dirigées par le Professeur Brenner en 1979, il a été découvert que la bactérie, legionella pneumophila, se développait surtout dans les réseaux d’eau douce naturels ou artificiels tels que les stations thermales, spas, climatiseurs, nébuliseurs et principalement les tours aéroréfrigérantes.

    De même, plusieurs études ont démontré que la prolifération de cette bactérie provenait des réseaux internes de distribution d’eau dans les hôpitaux. De ce fait, cette bactérie devint une maladie nosocomiale.

    C’est pourquoi, les hôpitaux américains ont installé des systèmes d’ionisation d’argent afin d’exterminer la « legionella pneumophila » de leurs réseaux de distribution d’eau chaude.

    De plus, aux États-Unis, dans certaines villes, l’argent est utilisé pour traiter les eaux usées et les piscines.

    Dès lors, l’argent colloïdal connaît un regain d’intérêt. La consommation d’argent de la part de l’industrie pharmaceutique et hospitalière augmente constamment. On retrouve le nitrate d’argent tant dans la prévention de l’ophtalmie des nouveaux nés que dans les soins des ulcères.
    Dans certains hôpitaux, on utilise des cathéters imprégnés d’argent afin de réduire les risques d’infections ainsi que du sulfadiazine argentique pour traiter les grands brûlés. Il existe même des bandages et pansements munis d’argent libérant sur la plaie des ions d’argent sans interruption ayant une action anti-inflammatoire et favorisant une cicatrisation saine et rapide.

    Pourtant, dans les années 70, le docteur Becker de la Syracuse University de New York décrit l’effet spectaculaire de l’argent colloïdal sur les infections incurables notamment le SARM (Staphylococcus aureus résistant à la méticilline). Au lieu d’ovations, il ne reçu que l’anonymat. Pire encore, pour des raisons obscures, le financement de son étude lui est retiré et il est contraint d’arrêter ses recherches.

    D’autres médecins se lancent dans l’étude des effets de l’argent sur de multiples bactéries et virus. Les recherches du professeur Earl Henderson montrent, par exemple, que le protéinate d’argent biotique serait un inhibiteur de la rénine et de VIH-1. Le professeur, lors de sa présentation de son étude, explique que ces résultats sont très prometteurs et exprime l’importance de la poursuite des recherches.

    Des laboratoires de recherches publient, eux aussi, des comptes rendus sur l’action incroyable de l’argent sur plus de 650 agents pathogènes. Parmis ces laboratoire on trouve par exemple : UCLA Medical Laboratories en 1988, l’University de Philadelphie en 1995, l’Unité de Biochimie des Laboratoires Upjohn en 1991

    L’action anti-infectieuse de l’argent est également applicable dans l’air. En effet, un système de purification de l’air à travers l’argent est d’actualité au Japon.

    De plus, l’argent colloïdal est classé parmi les compléments alimentaires les plus importants pour maintenir une bonne santé générale.

 

Pourquoi l’argent colloïdal est si peu connu de nos jours ?

 

    Le prix qu’un producteur d’argent colloïdal doit débourser afin de pouvoir le vendre en pharmacie est à la portée des seuls groupes pharmaceutiques. Or, ces derniers ne peuvent obtenir l’exclusivité pour un produit comme l’argent colloïdal. L’argent est un élément naturel à l’état brut, il ne peut donc pas être breveté. Ce qui pose aussi problème aux groupes pharmaceutiques, c’est que l’argent colloïdal agit sur plusieurs pathologies, à la fois d’origine bactérienne, virale, et fongique (champignon), alors qu’aujourd’hui, il nous est proposé plusieurs médicaments pour lutter contre une seule maladie. Si l’argent colloïdal devait se commercialiser à grande échelle, cela aurait pour conséquence de vendre moins de médicaments. Mais en ces temps de crise, le profit est plus important que la santé, et les fonds pour la recherche sont attribués aux produits et technologies qui offrent le plus grand profit possible. Voilà donc pourquoi l’argent colloïdal n’est pas reconnu comme alternative aux antibiotiques

 

Interdiction de l’argent colloïdal

 

    Malgré des recherches très prometteuses, la FDA (food and drug administration) interdit en 1999 l’usage de l’argent colloïdal. Pourtant si l’on s’intéresse de plus près à toutes les publications on découvre que beaucoup d’effets ont été mis en évidence contre non seulement les bactéries résistantes aux antibiotiques à large spectre mais aussi dans la régénération cellulaire dans des cas de cancers, de fractures osseuses, et même contre certaines formes du virus HIV. Mais toutes ces études ont été jugées non recevables et incertaines par les autorités pharmaceutiques qui ont très peu réinvesti dans ce domaine de recherche. En revanche, l’EPA (United States Environmental Protection Agency), lui, reconnait les propriétés de l’argent colloïdal.

    Cela dit, la FDA a fini par accepter la mise sur le marché d’argent colloïdal aux USA. Par contre, elle interdit aux fabricants de ce colloïde d’inscrire sur l’étiquette qu’elle aide à lutter contre les infections. 

    Cette différence d’opinion traduit bien l’état actuel de controverse quand à l’utilisation de ce remède.

    Bien que de nombreuses études montrent le bien-fondé de l’argent colloïdal et ses nombreux champs d’application, l’Union Européenne est le seul groupement de pays qui refuse de donner son aval pour un usage interne faute de « données suffisantes ».

    En France, la HAS (haute autorité de santé) ne reconnait pas les effets de ce colloïde sur les infections ou sur la santé de manière générale. L’argent  a été interdit pour l’usage interne en France en 2010, on l’a même retiré de la composition des compléments alimentaires. Toutefois, on peut encore acheter de l’argent colloïdal pour l’usage externe (c’est exactement le même argent colloïdal, qui peut également être pris en interne, simplement, les laboratoires ont pour obligation de préciser sur l’étiquette que c’est uniquement pour un usage externe).

 

Les bienfaits de l’argent colloïdal

 

    L’argent colloïdal possède de nombreux effets positifs sur notre organisme, confirmés par des faits scientifiques avérés.

    Il est principalement réputé pour éliminer les bactéries et les virus nocifs de notre organisme en désactivant leur système respiratoire et en les détruisant. En effet, Dans une étude à UCLA (L’université de Californie à Los Angeles), le Dr Larry C. Ford a répertorié pas moins de 650 pathogènes que l’argent colloïdal peut détruire — et ce en infimes quantités et en seulement quelques minutes..

    De plus, il est connu pour son effet régénérateur de cellules et cicatrisant dans la mesure où il permet aux cellules de se reconstruire plus rapidement tout en évitant une éventuelle infection.

    En outre, il dispose de la faculté de combler nos carences en argent minéral, naturellement présent dans notre organisme, et par conséquent, permet de stimuler notre système de défense immunitaire naturel en agissant sur la production de globules blancs. 

    Une des raisons pour lesquelles l’argent colloïdal est si actif aujourd’hui dans nos organismes, c’est que la pauvreté de nos sols agricoles, en particulier de l’hors-sol, nous prive de ces oligo-éléments qui faisaient la richesse des fruits et légumes d’autrefois. Ces oligo-éléments (argent, cuivre, chrome, sélénium, etc.) agissent comme des coenzymes de notre métabolisme qui, devenu carencé, ne peut plus assurer sa défense immunitaire de façon optimale.

    Il est rapporté que l’argent colloïdal possède la capacité d’agir sur l’oxygénation du sang en améliorant la production des globules rouges, contribuant ainsi à l’accroissement des capacités physiques et de la récupération.

    Il constitue un dopant naturel et légal, ainsi il peut être utilisé en cas de mal d’altitude entre autres.

    Par ailleurs, des tests scientifiques ont permis de démontrer que l’argent colloïdal est efficace pour guérir les pathologies suivantes :

• Les maladies oculaires telles que la conjonctivite, l’ophtalmie, l’orgelet et la blépharite ;

• Les maladies relatives aux voies respiratoires, notamment l’asthme bronchique, le rhume, la bronchite, la grippe, les maux de gorge, la coqueluche, la pneumonie, la sinusite ;

• Les maladies de la peau, avec entre autres, l’acné, l’eczéma, les verrues, l’impétigo, les abcès, l’urticaire, l’herpès et le psoriasis ;

• Les maladies buccales et dentaires : parodontite, aphtes, gingivite, cavités, mauvaise haleine, etc. ;

• Les maladies de l’appareil génito-urinaire comme la gonorrhée, la cystite, l’hypertrophie de la prostate, les mycoses et les pertes vaginales, l’urétrite ;

• Les maladies du système digestif, par exemple, les ballonnements, la diarrhée, les hémorroïdes, l’entérite, la gastrite, la maladie du Crohn, le syndrome du côlon irritable, la rectocolite hémorragique ;

• Divers maladies telles que l’arthrose, le syndrome de la fatigue chronique, la fibromyalgie, les oreillons, les otites, la parotidite, la mononucléose, la rougeole, la varicelle, les rhumatismes, etc.

L’argent colloïdal peut être utilisé comme substitut aux antibiotiques.

    L’un des plus gros avantages de l’argent colloïdal est que, contrairement aux antibiotiques, les germes ne développent pas de résistance face à lui.

    D’après plusieurs travaux de recherche, il a été déterminé que l’argent colloïdal en faible concentration (10 à 20 ppm) n’engendre aucun effet nocif. De ce fait, celui-ci ne présente aucun danger pour l’homme.

    Par ailleurs, son goût et son odeur sont neutres. Il ne provoque aucun effet secondaires tel que les brûlures et les irritations, et peut donc être appliqué sans aucun problème dans les yeux et sur la peau.

    Même au niveau interne, aucun effet indésirable sur l’organisme n’a été détecté à ce jour. En outre, étant donné que l’argent est naturellement présent dans l’organisme, celui-ci peut être administré en combinaison avec un autre traitement médical sans aucun risque d’interaction.

    L’argent colloïdal, produit professionnellement, ne possède aucune toxicité. Par conséquent, il ne présente aucun méfait pour les cellules humaines ou pour tout organisme multicellulaire vivant.

    Selon le Dr Robert O. Becker, l’argent colloïdal stimule la cicatrisation de la peau et des tissus mous.

    Dans un article paru dans en 2012 dans la revue scientifique « Pharmacognosy Communications », aux États-Unis, l’utilisation de l’argent colloïdal est recommandée pour le traitement à usage topique de plusieurs maladies de la peau : brûlures, candidoses et parodontites, entre autres. On peut aussi utiliser l’argent colloïdal en tant que traitement contre la teigne (Tinea capitis). C’est un traitement particulièrement efficace contre cette maladie, grâce aux propriétés antifongiques de l’argent colloïdal. En effet, la teigne est une forme de dermatose, générée par un champignon qui apparaît sur la surface de la peau. La teigne se caractérise par des plaques arrondies et des démangeaisons du cuir chevelu. Comme beaucoup de dermatoses, la teigne est contagieuse. Elle se transmet par le contact de la peau et par les vêtements contaminés. 

    Selon le Dr Martin Hum de l’Institute for Optimum Nutrition, l’argent colloïdal est un des meilleurs remèdes naturels pour éliminer de nombreux virus rapidement. Les nano-particules de l’argent colloïdal étouffent les virus, elles peuvent même réduire l’activité du virus HIV chez les patients séropositifs. Il existe aussi de nombreux cas qui montrent l’efficacité de l’argent colloïdal contre l’hépatite C.

    Notons également que l’argent colloïdal permet de traiter l’eau. En effet, il peut rendre une eau potable ou se substituer au chlore pour traiter l’eau des piscine.

    Enfin, il est bien connu que l’argent et le mercure ont une grande affinité. Or, l’on a pu constater récemment que cette affinité crée un tropisme réciproque au niveau cellulaire; ce qui fait que l’argent sous forme colloïdale se comporte comme un excellent chélateur du mercure ce qui, en plus des multiples applications connues surtout anti-infectieuses de l’argent colloïdal, un volet inattendu bien utile pour beaucoup d’entre nous.

 

Argent colloïdal vs antibiotiques

(Source : argentcolloidal.fr)

    Contrairement aux antibiotiques, l’argent colloïdal se révèle être un remède naturel pour prévenir de nombreuses maladies ainsi qu’un agent de guérison.

    En effet, ce dernier possède de nombreuses propriétés bénéfiques pour la santé de l’organisme telles que des propriétés antifongiques, antivirales, antiparasitaires ainsi que des propriétés régénératrices de cellules permettant de lutter efficacement contre les problèmes de peau.

    L’argent colloïdal agit comme un catalyseur. Autrement dit, il désactive l’enzyme servant à distribuer l’oxygène nécessaire aux organismes unicellulaires tels que les virus, les bactéries et les champignons. De ce fait, il étouffe ces micro-organismes sans pour autant endommager les enzymes ou le système immunitaire du corps humain.

    En revanche, les antibiotiques pharmaceutiques détruisent les enzymes bénéfiques alors que l’argent colloïdal laisse ces enzymes de tissus cellulaires indemnes dans la mesure où ces derniers sont complètement différents des enzymes de vie primitive unicellulaire.

    Par ailleurs, il a été découvert que les antibiotiques, quant à eux, ne tuent qu’une partie des agents causant les maladies dans la mesure où leur utilisation systématique a crée des nouvelles souches de bactéries résistantes.

    Effectivement, c’est devenu fréquent que dans les hôpitaux, on trouve des maladies endémiques dues aux souches staphylocoques dorées qui résistent à la pénicilline et à plusieurs autres antibiotiques.

    De plus, des bactéries infectant les blessures et les voies urinaires existent à cause de l’apparition d’entérocoques résistant à la vancomycine.

    De surcroît, environ 30 % des isolats de streptocoques pneumoniques résistent à la pénicilline, le médicament indispensable au traitement de cette infection.

    En vérité, ce ne sont là que quelques exemples de maladies dont les bactéries résistent de plus en plus aux antibiotiques. Il existe encore une large gamme de bactéries, virus ou germes dans ce cas.

    C’est la raison pour laquelle, l’argent colloïdal, ce remède naturel et universel qui ne constitue aucunement un composé chimique s’est vu regagner un intérêt considérable ces dernières années.

    Contrairement aux antibiotiques pouvant prendre des jours et des semaines pour guérir une pathologie, l’argent colloïdal, quant à lui, est beaucoup plus efficace puisqu’il possède la capacité de causer une guérison en seulement quelques heures.

    D’ailleurs, des laboratoires tels que le laboratoire de l’UCLA, ont confirmé le fait que l’argent colloïdal permet de désactiver les enzymes des micro-organismes pathogènes qui s’étaient immunisés contre les antibiotiques en l’espace d’environ 6 minutes.

    Il existe d’autres raisons expliquant la meilleure efficacité de l’argent colloïdal par rapport aux antibiotiques pharmaceutiques normaux. En voici quelques-unes ci-dessous :

• La plupart des antibiotiques ne portent pas une charge positive tandis que l’argent colloïdal est toujours chargé positivement. De ce fait, ce dernier dispose de la faculté de retrouver et de détruire les organismes pathogènes sans avoir à se déplacer pour tomber dessus par hasard. Le Dr Beck a nommé cet effet « l’effet de la balle d’argent ».

• L’argent est en mesure de détruire immédiatement les organismes pathogènes en les oxydants. Cependant, les antibiotiques sont incapables d’affecter les virus. En ce qui concerne les bactéries, les antibiotiques de type pénicilline tuent seulement les bactéries essayant de se diviser et les antibiotiques de type tétracycline les empêchent de se multiplier. Ainsi, dans les deux cas, les antibiotiques ne tuent pas les organismes pathogènes alors que l’argent colloïdal les élimine instantanément.

• Étant donné que l’argent est un catalyseur, dès lors qu’une particule d’argent oxyde un organisme pathogène, ce dernier perd sa charge négative et dérive. À ce moment là, la particule d’argent est libre pour combattre un autre organisme pathogène. Tandis que les antibiotiques se joignent à l’organisme pathogène. De plus, à chaque fois qu’un organisme pathogène est détruit, une particule de l’antibiotique s’épuise.

 

Quelle concentration choisir ?

(Source : argentcolloidal.fr)

    Pour déterminer la quantité exacte d’argent dans une solution, on doit mesurer celle-ci en milligrammes par litre.

    Ceci dit, on utilise plus souvent dans la pratique une mesure équivalente, c’est-à-dire les parties par million (ppm). Cela indique le nombre de parties d’argent (en poids) pour chaque million de parties d’eau. Donc, 10 parties par million représentent 10 parties d’argent pour un million de parties d’eau (10 ppm), et équivaut à 10 mg/l.

    Selon l’expérience des utilisateurs et des fabricants ainsi que les tests réalisés en laboratoire, aucune pathologie ne semblerait nécessiter une prise d’argent colloïdal à une concentration supérieure à 25 ppm.

    D’ailleurs, la majeure partie des solutions commercialisées disposent d’une concentration variant de 5 à 20 ppm.

    En outre, plus les particules sont petites, plus la solution devient efficace, pour une même quantité d’argent. 

 

Comment utiliser l’argent colloïdal ?

(Source : argentcolloidal.fr)

Astuce : Il est recommandé, pour la prise d’argent colloïdal par voie orale, de placer la dose sous la langue pendant un minimum de 30 secondes puis d’avaler.

Ci-dessous, des exemples de maladies nécessitant une utilisation quotidienne d’argent colloïdal en usage interne :

– En traitement préventif afin de garder une bonne santé générale et renforcer son système immunitaire ;

– Pour nettoyer l’organisme des agents pathogènes ou des toxines ;

– Pour aider l’organisme à lutter contre les infections virales, les bactéries et les champignons ;

– En début de symptôme d’un rhume ou d’une grippe.

 

Pour les problèmes de peau

 

    Il convient d’appliquer de l’argent colloïdal directement sur les plaies ouvertes ou autres affections pour soigner les infections de surface.

    L’argent colloïdal possède l’avantage de ne pas piquer ni brûler, ce qui n’est pas le cas des antiseptiques. De plus, il est capable de tuer les bactéries de surface en moins de six minutes sans endommager les tissus environnants contrairement à de nombreux antiseptiques.

    L’argent colloïdal pour la peau comprend de multiples modes d’usage variant en fonction de la maladie que l’on souhaite traiter :

– Acné : il est indiqué de se laver le visage et de rincer convenablement quatre fois par jour. À la suite de chaque rinçage, il est demandé d’appliquer une petite quantité d’argent colloïdal et de masser sur les parties atteintes d’acné deux à trois fois avec son doigt ou un petit morceau de coton. L’action de se laver, rincer, et masser peut être exécutée durant toute la période de poussée d’acné, et de préférence, comme une mesure de prévention continue tout au long des années d’adolescence. De cette façon, ce rituel quotidien prévient des évasions d’acnés et maintien une peau saine en permanence.

– Coupures et égratignures : il est conseillé d’appliquer de l’argent colloïdal directement sur la plaie ouverte et sur le pansement utilisé. Celui-ci peut être employé seul ou accompagné d’un autre médicament.

– Brûlures : en cas de brûlures mineures, l’argent colloïdal peut être utilisé par voie locale après avoir pris le soin de bien nettoyer la plaie avec de l’eau froide et du savon et de l’avoir séchée méticuleusement. Ceci dit, l’utilisation de l’argent colloïdal par voie topique doit être réalisée pour les cloques ou brûlures ouvertes afin d’éviter tout risque d’infection.
En cas de brûlures sévères, la méthode consiste à imbiber d’argent colloïdal le tampon d’un bandage puis de l’appliquer sur la zone brûlée. Il est envisageable de maintenir le tampon humide plusieurs minutes et de changer le bandage chaque jour. L’opération est à renouveler tous les jours jusqu’à guérison parfaite.
Dans les deux cas, l’argent colloïdal a pour rôle d’accélérer la guérison et la cicatrisation des plaies.

– Coups de soleil : il suffit de vaporiser de l’argent colloïdal sur les endroits atteints de coups de soleil. L’argent colloïdal contribuera à l’apaisement des douleurs. De plus, il évitera à la peau de peler, et ainsi, transformera les coups de soleil en un beau bronzage.

– Piqûres d’insectes : il convient de vaporiser de l’argent colloïdal ou d’appliquer du gel d’argent colloïdal directement sur la peau où la piqûre d’insecte est présente. Toutefois, s’il s’agit d’une piqûre sévère, dans ce cas, imbiber d’argent colloïdal une balle de coton et appliquer sur la zone affectée à l’aide d’un bandage. L’argent colloïdal aura pour effet de soulager immédiatement la peau pendant une durée assez conséquente et lui évitera de développer une quelconque infection.

– Eczéma et zona : il est préconisé d’utiliser de l’argent colloïdal directement sur la zone atteinte d’eczéma, de zona ou d’éruptions cutanées en tapotant et en frottant délicatement. Il est préférable de maintenir cette zone humide assez longtemps en répétant régulièrement la même opération. Une autre méthode consiste à humecter légèrement d’argent colloïdal un pansement et de l’appliquer sur la partie affectée afin de la garder humide. Attention à bien changer le pansement quotidiennement.

– Mycoses : il est pratique de bien imbiber d’argent colloïdal un morceau de coton et de l’appliquer sur la zone affectée de mycoses en utilisant un pansement adhésif pour le maintenir sur la peau. Le traitement doit être réitéré jusqu’à disparition totale des mycoses.

– Verrues : il convient de saturer d’argent colloïdal un pansement adhésif et de l’appliquer sur la verrue de sorte qu’elle reste humide. L’opération doit être renouvelée tous les jours pendant plusieurs jours jusqu’à ce que la verrue disparaisse.

 

Pour les troubles oculaires

 

Il est indiqué de vaporiser de l’argent colloïdal directement dans l’œil souffrant deux à trois fois par jour jusqu’à guérison complète.

Remarque : l’argent colloïdal dispose de l’avantage de ne pas piquer les yeux.

 

Pour les maux d’oreilles

 

    Il est recommandé de verser quelques gouttes d’argent colloïdal directement dans l’oreille malade. Cette méthode entraînera un soulagement immédiat. Si la douleur revient, il suffit de recommencer la même opération.

 

Pour les maux de dents et de la bouche

 

    Pour une prévention de la mauvaise haleine, de la carie dentaire, ainsi que pour le traitement des aphtes, de l’ulcère buccal et des maux de dents, il est recommandé d’utiliser de l’argent colloïdal sous forme de gargarisme.

 

Pour les maux de gorge

 

    La méthode efficace pour lutter contre le mal de gorge est de vaporiser de l’argent colloïdal dans la gorge deux à trois fois par jour tout en inhalant.

 

Pour les bronchites et les pneumonies

 

    En cas de pneumonie ou de bronchite, il est nécessaire de respirer de l’argent colloïdal afin que ce dernier entre directement dans les poumons. Il est préférable, pour guérir de ces deux pathologies rapidement et de manière optimale, de faire recours au nébuliseur qui consiste en un dispositif permettant de transformer, à froid, certains liquides en un nuage de particules extrêmement fines.
Généralement, il convient de nébuliser 10 à 15 ml d’argent colloïdal pendant 10 à 15 minutes 3 fois par jour. Au bout de seulement un jour ou deux, la bronchite ou la pneumonie devrait être éliminée.

 

Pour les troubles de l’intestin

 

Digestion efficace : Il convient d’accompagner chacun de ses repas d’une boisson de son choix dans laquelle il a été intégré une partie ou la dose nécessaire pour la journée au complet. La présence d’argent colloïdal empêchera la nourriture de se figer dans l’appareil digestif lors de la digestion en tuant les bactéries. De ce fait, la nourriture deviendra plus utilisable et les flatulences diminueront.

Maladies infectieuses et parasitaires : Une dose d’argent colloïdal peut être prescrite pour lutter contre les maladies parasitaires et infectieuses dues aux parasites qui viennent se réfugier dans un organe particulier ou dans le corps humain tout entier. En effet, ces parasites qui se multiplient dans le corps en pondant des œufs disposent de la même enzyme métabolisant l’oxygène de la bactérie unicellulaire. De cette manière, l’argent colloïdal se révèle être efficace pour empêcher ces œufs d’éclore et pour faciliter la destruction rapide des parasites par le système immunitaire.

Maladies diarrhéiques : dans le cas de maladies comme le choléra, l’agent pathogène s’enfouit dans le gros intestin et peut parfois causer la mort dans la mesure où il engendre une déshydratation de l’organisme due aux vomissements et à la diarrhée grave et continue. Toutefois, afin que l’argent colloïdal puisse entrer dans le gros intestin, il est incontournable d’utiliser une des deux méthodes suivantes :

1. En étant à jeun, ingurgiter 200 ml d’argent colloïdal suivis de trois ou quatre grands verres d’eau.

2. En insérant un débit de dose par voie de l’irrigation du côlon, c’est-à-dire par l’anus, en utilisant un 50 mg. Cette méthode est la plus efficace. La préparation doit contenir 15 ml d’argent colloïdal par 200 ml d’eau distillée.

 

Pour stériliser l’eau et la nourriture

 

Désinfection de l’eau : Pour stocker de l’eau pendant une longue période, il est pratique d’y ajouter de l’argent colloïdal. Par exemple, on peut ajouter une ou deux cuillères à soupe d’argent colloïdal dans 5 litres d’eau. De la même façon, l’eau possédant des germes peut être rendue potable. En somme, l’argent colloïdal détient la faculté de purifier l’eau tout en octroyant des effets bénéfiques au corps humain, contrairement aux capsules commerciales contenant du chlore toxique qui peuvent être nocives pour l’organisme à long terme.

Réfrigération suspecte : On n’est jamais à l’abri d’un empoisonnement de salmonelle même en conservant les aliments préparés au frais et bien scellés dans des tupperwares ou autres récipients. C’est pourquoi, il est judicieux d’ajouter une cuillère à soupe d’argent colloïdal par litre ou volume d’aliments destinés à être mangés à l’extérieur en plus de la conservation ordinaire. Il est utile de bien mélanger l’argent colloïdal aux aliments.

 

Pour les animaux

 

    Il a été prouvé scientifiquement que l’argent colloïdal est excellent pour les pathologies relatives aux animaux suivantes :

– Les problèmes de bactéries et parasites chez les animaux domestiques, de la ferme et les oiseaux ;

– Diarrhée et fièvre Q chez le bétail ;

– Parvovirus canin chez les chiens ;

– Revivification des poissons rouges lorsqu’ils ont le ventre à l’air ;

– Maladies buccales et dentaires des animaux domestiques.

 

Autres utilisations

 

Voici une liste non exhaustive des autres utilisations possibles de l’argent colloïdal :

– Mise en conserve ou mise en bouteille d’aliments ou liquides ;

– Pour améliorer la santé des végétaux

– Prévention du pourrissement, fermentation, détérioration ou caillage des jus de fruits et du lait ;

– Stérilisation des brosses à dents, appareils et prothèses dentaires, brosses à cheveux ou tous autres instruments chirurgicaux ;

– Vaporisation des éponges de cuisine, serviettes et planches à découper pour éviter la contamination des bactéries de types E. coli et salmonelle, sources d’intoxications alimentaires entre autres ;

– Vaporisation des ordures afin de prévenir des odeurs de décomposition ;

– Prévention de prolifération de bactéries provenant des humidificateurs et fontaines d’eau ;

– Vaporisation de l’intérieur des chaussures et entre les orteils pour soulager les démangeaisons et éliminer les mycoses ;

– Dilution dans de l’eau distillée et utilisation pour l’irrigation du côlon et la vaporisation nasale ;

– Vaporisation des couches ou dermite du siège pour soulager les irritations cutanées du nourrisson ;

– Élimination des pellicules et traitement des éruptions cutanées, acné, eczéma, psoriasis, etc. ;

– Désinfectant des eaux pour animaux, bains d’oiseaux et coupes de fleurs ;

– Vaporisation des filtres du climatiseur après nettoyage ;

– Stimulation de la croissance des plantes et traitement des champignons, moisissures et pourrissement des feuillages de plantes.

 

Posologie selon le problème à traiter

 

  • Mycoses buccales : en bain de bouche ou en comprimés à sucer
  • Gingivites, rétraction dentaire, pyorrhées : en bain de bouche et comprimés à sucer
  • Mycoses, candidoses vaginales, en ovules : juste après les règles, 1 tout les soirs pendant 6 jours
  • Infections vaginales : faire des lavements en ajoutant 2 cuillères à café d’argent colloïdal dans l’eau de lavement.
  • Conjonctivite et autres inflammation de l’oeil : 1 goutte dans chaque oeil, plusieurs fois par jour. Les lentilles de contact ne sont pas un obstacle.
  • Problèmes de peau (eczéma, brûlures, piqûres d’insectes, acné, verrues, mycoses et plaies ouverte) : appliquer directement sur les plaies ou abrasions de la peau
  • Gastro-entérite : 6 CS*par jour pendant 7 jours
  • Ulcère de l’estomac : 1 CS* une heure après le repas
  • Rhume à ses débuts : 2 CS* par jour
  • Rhume qui s’est installé avec frissons et fièvre : 3CS* par jour
  • Bronchite, cystite, angine : 6 CS* par jour 6 pendant 7 jours comme un antibiotique, puis 3 CS* par jour pendant 7 jours, puis 1 CS* par jour jusqu’à disparition de tous les symptômes
  • Candidose intestinale : 6 CS* par jour pendant 1 semaine, 3 CS* par jour pendant une semaine, 1 CS* par jour 3 mois, voire plus. En prévention : 1 CS* par jour, hors repas (avant ou après)
  • Pour purifier l’eau de boisson : mettre 1 cuillère à café d’argent colloïdal par litre d’eau et attendre 10 mn avant de la boire.

* CS = Cuillère à Soupe

 

L’argent colloïdal est-il dangereux pour la santé ?

 

    On entends souvent parler par les détracteurs de l’argent colloïdal de cette maladie qui rend bleu ou gris à cause de la consommation d’argent colloïdal : l’argyrie.

Toutefois, est-ce vraiment l’argent colloïdal qui est la cause de ces maladies ?

    En effet, l’argyrie est le seul effet secondaire recensé de l’argent colloïdal et il a été constaté que, depuis 1700, les cas relatifs à cette maladie sont très rares. De plus, il a été démontré que la maladie dans tous ces cas recensés n’était pas survenue à cause de l’argent colloïdal mais que cela était plutôt dû à d’autres formes d’argent telles que le chlorure d’argent, les nitrates d’argent et les sels d’argent ingérées à des doses extrêmement élevées.

    De même, les professeurs Padlewska et Schwartz, lorsqu’ils ont indiqué les causes de l’argyrie, n’ont jamais fait mention de l’argent colloïdal ! En revanche, ils ont relaté : « La cause d’argyrie la plus commune est l’imprégnation mécanique de la peau par des petites particules d’argent chez les ouvriers travaillant dans les mines d’argent, le raffinage de l’argent, les usines de fabrication d’argenterie et d’alliages métalliques, les films métalliques sur verre et porcelaine, la galvanisation et le traitement photographique. »

On peut alors se demander d’où vient la légende sur le fait que l’argent colloïdal représente des dangers pour l’organisme ?

    Le cas le plus connu d’argyrie est celui de Paul Karason. Afin de soigner son reflux gastrite, sa dermatite, son arthrite et sa sinusite, ce dernier ingurgitait pendant plus de 14 ans 1 litre d’argent colloïdal par jour à une concentration de plusieurs centaines de ppm. De plus, il fabriquait de l’argent colloïdal artisanalement en ajoutant à ses préparations du sodium pour augmenter la conductivité et accélérer le processus de fabrication de l’argent colloïdal. Au final, il a ingéré des sels d’argent à raison de 200 fois les apports journaliers maximums recommandés par l’EPA et ceci pendant 14 ans.

    Un autre exemple : le cas de Stan Jones. Il était candidat aux sénatoriales (aux USA) dans les années 2000, Stan Jones, à l’instar de Paul Karason, utilisait sa propre machine pour fabriquer de l’argent colloïdal fait maison en ajoutant du sel à ses solutions pour accélérer la procédure de fabrication. Par ailleurs, il utilisait de l’eau du robinet et laissait la machine en route pendant 1 heure. Pour guérir de son psoriasis, il a bu 250 ml de sa préparation par jour pendant 3 ans. Au final, Stan Jones a consommé des sels d’argent à hauteur de 50 fois la dose maximale recommandée par l’EPA pendant 3 ans.

    Enfin, le cas de Rosemary Jacobs : dans les années 60, celle-ci utilisait de l’argent colloïdal sous forme de gouttes nasales pour soigner ses rhumes chroniques. Ceci dit, à cette époque, les solutions nasales étaient énormément concentrées, c’est-à-dire à hauteur de 100 000 à 300 000 ppm. Qui plus est, l’argent utilisé dans ces solutions était combiné à des protéines afin d’augmenter leur durée de vie. On ne connait pas vraiment la dose quotidienne de Rosemary Jacobs. Par conséquent, si nous estimons qu’elle prenait 10 gouttes par jour, soit 0,25 ml, cela signifie qu’elle aurait consommait 70 fois la dose maximale recommandée par l’EPA. De plus, il est à noter que celle-ci ne consommait pas réellement de l’argent colloïdal mais plutôt des protéines d’argent.

    En somme, ces trois exemples nous prouvent que l’argyrie ne provient aucunement de l’argent électro-colloïdal mais plutôt d’autres formes d’argent et du fait que les sujets de ces différents cas utilisait des moyens artisanaux et ne consommaient en aucun cas de l’argent électro-colloïdal de haute qualité fabriqué professionnellement.

    Pour confirmer cela, les chercheurs estiment que l’argyrie survient seulement à partir de 6 grammes de nitrates d’argent ingérés, en d’autres termes 600 litres d’argent dilués à 10 ppm. D’après les chercheurs, le danger existerait uniquement dans la prise excessive d’autres formes d’argent.

 

   J’espère que cet article t’a plu, et qu’il t’a peut être même donné envie de commencer à te soigner avec de l’argent colloïdal. Si tu as des questions ou des suggestions, n’hésite pas à laisser un commentaire sous cet article ou à me contacter via le formulaire de contact du blog.

 

Share
Translate »